Soirée Jean Pierre GILSON

Soirée speciale JP Gilson vendredi  5 Décembre 20h30 salle du club

:son parcours / ses photos /la problématique de la photo de paysage / échanges conseils

Pensez à amener vos photos de paysages

Lieu: 
Salle du club
Date(s) Rdv: 
05/12/2014
compte rendu: 

Donc, nous attendions Jean-Pierre Gilson, photographe compiégnois dont le talent justifie la célébrité. Au cas où cela serait nécessaire, on peut préciser qu'il fut l'un des deux, avec Raymond Depardon, sélectionnés par le Sénat pour photographier la France. Ce travail a fait l'objet d'un gros et bien beau livre de photos, Territoires de France, publié par les éditions Marval. On le trouve notamment à la Librairie des Signes (sans faire de pub !).

Mais nous avions été prévenus : nous attendions aussi une sorte d'ogre, car Jean-Pierre Gilson est aussi réputé pour son franc-parler et ses jugements sévères...

Donc, nous avons vu arriver un sexagénaire jovial, sympathique et décontracté, qui avait préparé, pour retracer sa carrière, une présentation de photographies pour la plupart en noir et blanc, en commençant patr celle qu'il considère comme la fondatrice : sa grand-mère à table dans sa petite maison de Saint-Jean-aux-Bois, un contre-jour intimiste qu'on aimerait tous réussir un jour.

C'était bien commencer et nous étions aux anges.

Résumons : Gilson, Jean-Pierre, autodidacte en matière de photographie, élevé à la dure par ses mentors dans ce domaine, devenu photographe de l'UTC, se fit connaître par un livre (brillant) sur l'Ecosse, mais eut aussi une longue période de doute. Un homme naturel considérant la nature où il a grandi comme sa parente et ne cessant de la portraiturer avec pour toute  panoplie (ou presque) longtemps un 6x7 Pentax (argentique), aujourd'hui un Nikon 810 avec grand angle (environ 20 mm) et télé, toujours au même diaphragme de 11, film lent, sur pied avec déclencheur souple, Lightroom (aujourd'hui) et quelques règles simples :

- en été on photographie la campagne avant neuf heures pour avoir la bonne lumière (c'est prmordial), principalement en couleurs, l'abondance de la végétation étant peut lisible en noir et blanc ;

- l'hiver on peut photographier tout le temps, principalement en noir et blanc afin de tirer le meilleur parti d'un sujet dénudé.

- Le sujet, rien que le sujet.

Un détail : au cours de la discussion à bâtons-rompus que nous avions avec lui, il a révélé que pour le livre sur les territoires français, environ 400 images, il avait totalisé 20 000 clichés... On a beau être doué et expérimenté, on ne fait pas un bon photographe sans photographier, sans jeter beaucoup... et sans regarder les travaux des autres.

Après sa présentation, Jean-Pierre Gilson a accepté de considérer quelques travaux que nous lui avons présentés. Point de mots rugueux, mais de l'humour et beaucoup de conseils avec des démonstrations convaincantes qui lui vaudront longtemps de la part de ceux qui les retiendront, un grand merci.

Nous avons levé la sénace à minuit, mais uniquement parce qu'il fallait bien aller dormir ! MB